Le vaillant petit canard né sur les rives de la Marne

Confinement : faites-vous livrer par des producteurs locaux !

By | Non classifié(e)
En période de confinement, faire ses courses alimentaires auprès de producteurs locaux c’est facile (puisque nous sommes toute la journée à la maison), c’est sans risques et c’est meilleur !

Pour les habitants des alentours de Meaux, voici donc quelques adresses de producteurs locaux qui se feront un plaisir de vous faire découvrir leurs produits. (Retrait sur place ou livraison chez vous).
Si vous connaissez des producteurs des environs, merci de nous faire parvenir leur nom et contact afin que nous les ajoutions ici.
Profitez de ce confinement pour découvrir les produits naturels de votre région et vous préparer de bons petits plats !
(ouvrir l’article pour lire la suite)

Read More

Anthropocène : la fin ou le commencement ?

By | Tapage 53

Le chercheur François Gemenne, membre du GIEC (Groupe Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat), livre une vision cruellement réaliste de la société des hommes confrontée à l’urgence climatique, à travers une interview parue dans Télérama du 11 janvier.  Il y est notament question de l’anthropocène, cette nouvelle ère dans laquelle nous plongeons, caractérisée par le fait que les humains sont devenus les principales forces de transformation de la planète et qui va nous obliger à repenser complètement nos interactions avec la terre (si on veut y rester…). Il y est question également du monde politique qui « reste prisonnier des lobbies et en retard sur la population »., mais pour lequel la population continue de voter ! « Les Etats-Unis, le Brésil, l’Australie sont trois démocraties dont les chefs d’Etat ont été élus sur un programme anticlimat.» et Boris Johnson est « à la limite du climatoscepticisme » et de conclure  : « Aujourd’hui, la majorité de la population mondiale veut encore une société productiviste, de court terme, et se moque de la destruction du climat et de la biodiversité. Il faut en être conscient.» Fin de citation…

Enfin, il ouvre des perspectives :
« les grandes transformations sont toujours précédées d’un baroud d’honneur de l’ancien monde. J’ose espérer que c’est ce que nous vivons aujourd’hui, que les Bolsonaro, Trump, Orban sont les dernières caricatures, les derniers clowns d’un modèle arrivé à son terme ». On y crois.

A lire :
Atlas de l’anthropocène, de François Gemenne, A. Rankovic, et l’Atelier cartographique de Science Po.éd. Presses de Science Po, 160 p 25e)

Illustration : Bordalo II

Ciné : «  Au nom de la terre  »

By | Tapage 52
Devoir survivre avec moins de 300€ par mois, voilà le sort d’un tiers des agriculteurs en France, résultat de quarante ans d’évolution du monde agricole et de ses échecs.

Le journaliste Edouard Bergeon, 36 ans, fils et petit-fils de paysan, avait déjà tourné un documentaire Les fils de la terre, retraçant l’itinéraire d’un producteur de lait du Lot, pris dans l’engrenage infernal : pressions de la banque, course vers le gigantisme, surendettement, surcharge de travail, dépression. L’éleveur, en dépôt de bilan, avait fait une tentative de suicide pendant le tournage – il va beaucoup mieux depuis et s’est reconverti au bio. Le documentaire attire l’attention du producteur de cinéma Christophe Rossignon (La Haine, Welcome, La Loi du marché) lui-même fils et frère d’agriculteurs. Guillaume Canet, ému également par cette cause, propose de produire une fiction, dont il accepte de jouer le rôle principal. (…)

Illustration : Les glaneuses – 1855 – Millet, Jean-François – Gravure

Lire la suite

Abonnez- vous en ligne (10€ par an) pour télécharger le pdf de ce numéro d’hiver et accédez à l’intégralité de la collection des 50 numéros de Tapage.
Vous êtes abonné ? rendez-vous ici
Bonne lecture et à bientôt !

La très rentable privatisation des sociétés d’autoroutes

By | Tapage 52
Entièrement privatisées en 2006 pour des montants sous-évalués et au moment où elles devenaient rentables après de lourds investissements publics, les sociétés d’autoroutes bénéficient d’une scandaleuse rente de situation qui perdure quelque soient les gouvernements.

En 10 ans, les profits issus des péages ont augmenté de près de 20%. Les sociétés d’autoroute se portent pour le mieux et distribuent entre 2 et 4 milliards €/an de dividendes à leurs actionnaires, une rente qui va continuer de croitre.

Une vente en deux temps
L’État commence à céder ses parts dans les sept sociétés d’autoroutes dès 2001, sous le gouvernement de Lionel Jospin, mais c’est en 2002 que Bercy propose au Premier ministre Jean-Pierre Raffarin le projet de privatisation. Au cours d’un conseil restreint avec le ministre des transports de l’époque Gilles de Robien, il a été décidé qu’on ne privatiserait pas les autoroutes et que le revenu annuel financerait les travaux routiers indispensables. Mais en 2005, Bercy arrive à convaincre le nouveau premier ministre Dominique de Villepin de privatiser afin de « faire baisser la dette ». (pour lire la suite, développer l’article)

Read More

Tapage 52 est en kiosque (ici) !

By | Tapage 52

Les néolibéraux ont un sport favori : la chasse aux biens communs (p6). Ils le pratiquent dans le monde entier sur les ressources naturelles jusqu’à leur épuisement (p10 et 11) et, en France,  sur les services  issus d’investissements publics comme les autoroutes (p4 et 5) et les aéroports (p8 et 9). La raison est simple : augmenter leur profit (p7) au mépris de l’idée républicaine d’égalité. En Amérique latine – Argentine, Chili et maintenant Brésil – cette prédation a déjà montré ses effets pervers (p12 et 13). Obstiné dans ses erreurs parfois tragiques (p16) le gouvernement Macron  a, lui, une nouvelle proie avec la retraite par répartition  qu’il veut dépecer et livrer aux opérateurs privés (p14). Résistons par tous les moyens en gardant du temps pour lire (p19), voir des expositions originales (p15) et aller au cinéma (p18).

Vous voulez lire Tapage 52 ?

Abonnez- vous en ligne (10€ par an) pour télécharger le pdf de ce numéro d’hiver et accédez à l’intégralité de la collection des 50 numéros de Tapage.
Vous êtes abonné ? rendez-vous ici
Bonne lecture et à bientôt !

Tapage 51, est là !

By | Non classifié(e), Tapage 51

Le mot  « Culture »  est polysémique : il peut avoir plusieurs sens. Mais au-delà de l’érudition qu’elle évoque parfois, la définition du périmètre de la culture est un enjeu important qui a occupé de tous temps les philosophes (P 10) mais aussi les politiques (P 4, 5 et 12). Il doit cependant être évident pour tous que la culture a un rôle déterminant dans nos sociétés. D’abord, elle produit des mythes qui fondent nos  comportements (P8 et 9). Ensuite elle permet aux écrivains et aux journalistes de nous éclairer sur notre époque (P18) et de prévoir les risques qui nous guettent (P6, 14 et 15). Enfin – et le mouvement des gilets jaunes en est peut-être une illustration – tout mouvement social qui se détourne d’une culture théorique et historique a de fortes probabilités  de se retrouver rapidement dans une impasse (P16).

Vous voulez le lire maintenant ?

Abonnez- vous en ligne (10€ par an) pour télécharger le pdf de ce numéro d’hiver et accédez à l’intégralité de la collection des 50 numéros de Tapage.
Vous êtes abonné ? rendez-vous ici
Bonne lecture et à bientôt !

Les Gilets Jaunes du Pays de Meaux organisent jeudi 18 avril une réunion/débat : les services publics et l’Union Européenne !

By | Gilets jaunes Pays de Meaux

Les Gilets Jaunes du Pays de Meaux organisent Jeudi 18 avril à Chauconin-Neufmontiers à 20h45, Salle de la convivialité (en face de la mairie), une Réunion d’Education Populaire sur le thème des services publics en liaison avec l’UE (Transports – Education nationale – Santé, Sécurité-Sociale, etc.)
Venez nombreux ! La citoyenneté ne se délègue pas, elle se construit collectivement …

Le numéro 50 de Tapage est là !

By | Tapage 50

Comment les médias peuvent-ils rendre compte de la réalité de façon rationnelle et impartiale ? Cette question, rendue centrale par l’alphabétisation et la scolarisation des masses, occupe toute notre Histoire contemporaine (P4 et 5). Elle doit évoquer les risques de la propagande et de la manipulation des foules décrits par la psychologie sociale (P6 et7) et aussi la nécessité d’une diversité des organes de presse (P8 et 10)). Car le bon fonctionnement de ce « quatrième pouvoir » est un impératif de la République (p13). A défaut on constate des parti-pris sans nuances (P12), des monopoles narcissiques de la parole (P2) et des tensions systématiques entre les journalistes et la population (P9,14 et 15). N’oublions pas enfin, pour comprendre le monde d’aujourd’hui, le rôle essentiel du cinéma (P17), du documentaire (P20) et de la BD (P18)

Vous voulez le lire maintenant ?

Abonnez- vous en ligne (10€ par an) pour télécharger le pdf de ce numéro d’été et accédez à l’intégralité de la collection des 50 numéros de Tapage.
Vous êtes abonné ? rendez-vous ici
Bonne lecture et à bientôt !

Suivez-nous…