Category

Tapage 34

Etat d’exception

By | Tapage 34 | No Comments
L’état d’urgence décrété par François Hollande après les attentats de novembre dernier et les risques qui en découlent peuvent s’inscrire dans la catégorie plus large de l’état d’exception théorisée par Giorgio Agamben.

L’origine de la notion remonte, selon certains historiens, au décret du 8 juillet 1791 de l’assemblée constituante déclarant l’état de siège. Pour le philosophe italien Giorgio Agamben (État d’exception, Homo Sacer, 2,1, Paris, Seuil, 2003), de militaire, la mesure devient, au cours de l’histoire, politique. Selon lui, nous vivons même aujourd’hui dans un état d’exception permanent : « L’état d’exception a même atteint aujourd’hui son plus large déploiement planétaire. L’aspect normatif du droit peut être ainsi impunément oblitéré et contredit par une violence gouvernementale qui, en ignorant à l’extérieur le droit international et en produisant à l’intérieur un état d’exception permanent, prétend cependant appliquer encore le droit. »

Les zones d’attente dans les aéroports, où s’entassent les réfugiés et les demandeurs d’asile, les frontières étatiques et les zones protégées à l’intérieur des villes ; voilà les multiples visages de l’état d’exception qui culmine, pour l’auteur, à Guantanamo. Ainsi «la déclaration de l’état d’exception est remplacée par une généralisation sans précédent du paradigme de la sécurité comme technique normale de gouvernement» instaurant des zones plus ou moins denses de non-droit. Read More

Le bourbier syrien

By | Tapage 34 | No Comments
Le 13 novembre dernier, six attaques simultanées ont frappé Paris et Saint-Denis. Ces tueries revendiquées par l’État Islamique (DAECH) ont fait 132 morts et 350 blessés. C’est sous prétexte de se venger des frappes françaises que l’Etat islamiste a semé la terreur. Quelques éléments d’analyse du conflit syrien.

En 2010, à la suite de la crise des « subprimes », les grandes banques – comme J P Morgan – voyant leurs produits financiers devenir ingérables, décident de se refaire dans l’économie réelle sur le marché des matières premières et des produits alimentaires. Ce mécanisme spéculatif provoque alors une hausse des prix et les émeutes de la faim qui conduisent à ce qu’on a appelé « les printemps arabes ». En Tunisie d’abord puis en Égypte, un vent de révolte s’installe et se propage dans plusieurs pays : Bahreïn, Yémen, Jordanie, Syrie. Cette explosion sociale naît de l’accumulation de problèmes, de frustrations mais aussi d’aspirations communes à l’ensemble de la région.… Les manifestants réclament plus de libertés, la fin des régimes autoritaires et dictatoriaux et de meilleures conditions de vie.

La Syrie

En Syrie tout a commencé à Deraa, avec l’arrestation de quelques enfants d’une dizaine d’années qui avaient inscrit des slogans hostiles au gouvernement sur les murs de la ville. Les mères, venues réclamer leur libération, se sont affrontées avec la police, certaines ont été arrêtées et brutalisées. Cette étincelle met le feu aux poudres, et de graves troubles touchent plusieurs agglomérations du pays faisant des dizaines de morts.  Cette première opposition, spontanée et non organisée, est divisée. Elle est très vite infiltrée et instrumentalisée par des groupes islamistes comme Al-Nosrat, branche syrienne de Al Quaida. Les Etats-Unis cherchent alors, afin de provoquer la chute et le départ de Bachar-el-Assad, à y exacerber les tensions confessionnelles afin de couper les dirigeants syriens de leur base sociale. Dans une Syrie laïque composée à 70% de sunnites, cette stratégie, soutenue par une partie de l’opposition syrienne, consiste à présenter le gouvernement comme un régime exclusivement alaouite. Ces « rebelles » sont, maintenant, armés par les pays voisins, comme la Turquie et l’Arabie Saoudite, mais aussi par les Etats-Unis. Car pour la Coalition emmenée par les Etats-Unis, l’homme à abattre, c’est Bachar-el-Assad, l’ennemi d’Israël et l’allié historique de la Russie qui y dispose à Tartous, de son unique base navale stratégique en Méditerranée. Read More

Oui, il y a urgence !

By | Tapage 34 | No Comments

En France, en tenant compte des 7 millions de non-inscrits – que le ministère de l’intérieur ne juge pas utile de comptabiliser – plus d’un citoyen sur deux n’a voté pour aucun parti aux élections régionales… Il y a urgence à redonner aux citoyens l’envie de participer à la vie de la cité.

En France les ouvriers et les employés représentent plus de 50% de la population mais ils ne sont que 1,9 % à l’Assemblée Nationale. Les cadres supérieurs eux, représentent 16 % de la population et font plus de 80% de cette même Assemblée… Il y a urgence à redonner une légitimité à la démocratie représentative.

En France, Bernard Tapie vient d’être condamné par la cour d’appel de Paris à rendre les 404 millions d’euros qu’il avait indûment perçus à l’issue d’un arbitrage frauduleux. Cet arbitrage conduit Christine Lagarde – directrice du FMI – devant la Cour de justice de la République… Il y a urgence à retrouver une classe politique intègre et soucieuse de l’intérêt général.

En France, environ 150 000 jeunes décrochent du système scolaire par an. Ils forment le terreau idéal pour les recruteurs de fanatiques radicaux… Il y a urgence à redonner à l’Education Nationale les moyens de ses missions.

En France, il y a plus de 3,8 millions de mal-logés…Il y a urgence à relancer une vaste politique de construction de logements sociaux.

En France, l’industrie a enregistré cet été son 58ème trimestre d’affilée de repli, en détruisant encore 14.600 emplois. Depuis 2001, pas moins de 982.000 emplois industriels ont été rayés de la carte de France…Il y a urgence à réindustrialiser notre pays.

Alors, M. Hollande, nous sommes d’accord.

Il faut décréter, dans notre pays, l’état d’urgence… sociale !

Illustration : Soulcié – site Iconovox

Entendez-vous dans nos campagnes ?

By | Tapage 34 | No Comments
Les maigres débats qui ont précédé les deux dernières élections, européennes et régionales, en France ont donné lieu au surgissement d’un questionnement nouveau sur le devenir des territoires ruraux dans notre pays. La lente dégradation des services publics, la désertification des zones les plus reculées et la disparition progressive de petites et moyennes industries sont le creuset de mécontentements portés par des mouvements sociaux et des structures politiques d’horizons différents et exprimés dans des langages fort éloignés. Mais, plus subrepticement, ces opinions signalent la remise en cause d’un héritage culturel et sociologique de grande ampleur qui se déroule sous nos yeux.

Depuis des décennies, les espaces ruraux avaient ceci de particulier qu’ils donnaient à voir une certaine cohérence sociale : un monde organisé autour d’un espace de démocratie directe, la commune, et une activité « non délocalisable », l’agriculture, elle-même génératrice d’emplois indirects dans le secteur des services et de l’industrie. L’avancée du capitalisme dans les campagnes s’est traduite, depuis la seconde moitié du XXe siècle, par une « sélection » drastique des territoires en fonction de leurs potentiels productifs, c’est-à-dire de leurs ressources humaines et naturelles disponibles. La spécialisation et la concentration agricoles sont devenues la règle, accompagnant l’essor des industries chimiques et agroalimentaires. Ces processus se sont traduits par une réduction importante des effectifs d’actifs agricoles et par la remise en cause d’un des seuls creusets d’emplois possibles dans des espaces éloignés des centres urbains. Read More

État d’urgence : une définition

By | Tapage 34 | No Comments
En France, l’état d’urgence est une situation spéciale, une forme d’état d’exception qui restreint les libertés. Ce régime organisé par la loi du 3 avril 1955 coexiste avec d’autres modalités de gestion de crise: l’état de siège inscrit à l’article 36 de la Constitution, les pouvoirs exceptionnels inscrits à l’article 16.

Institué et motivé par la situation en Algérie, l’état d’urgence peut être déclaré sur la totalité ou sur une partie du territoire soit en cas de péril imminent résultant d’atteintes graves à l’ordre public, soit en cas d’événements présentant, par leur nature et par leur gravité, le caractère de calamité publique. Déclaré par le parlement ou par le gouvernement, il ne peut être prorogé au-delà d’une durée de douze jours que par une loi qui fixe sa durée définitive.

L’état d’urgence donne des pouvoirs particuliers aux préfets: interdiction de circulation des personnes et des véhicules; interdiction de séjour, assignation à résidence de toute personne dont l’activité pourrait se révéler dangereuse pour la sécurité et l’ordre publics, fermeture de salles de spectacle et de tous les lieux de réunion; éventuellement interdiction de toute réunion de nature à provoquer le désordre, perquisitions de jour et de nuit et toutes mesures pour assurer le contrôle de la presse.

Read More

Qui a armé l’intégrisme islamique ?

By | Tapage 34 | No Comments
Fantastique interview de 1998, dont il est fascinant de voir qu’elle n’a eu aucun impact dans notre mémoire collective… Rappelons que Zbigniew Brzezinski était le conseiller du président Carter pour les affaires de sécurité – et que Barack Obama l’a nommé conseiller aux affaires étrangères lors de sa campagne présidentielle…Bref, c’est bien tous le problème des “complots” : des fois, ils existent bel et bien !

Le Nouvel Observateur : L’ancien directeur de la CIA Robert Gates l’affirme dans ses Mémoires : les services secrets américains ont commencé à aider les moudjahidine Afghans six mois avant l’intervention soviétique. A l’époque, vous étiez le conseiller du président Carter pour les affaires de sécurité. Vous avez donc joué un rôle clé dans cette affaire ? Vous confirmez ?

Zbigniew Brzezinski : Oui. Selon la version officielle de l’histoire, l’aide de la CIA aux moudjahidine a débuté courant 1980, c’est-à-dire après que l’armée soviétique eut envahi l’Afghanistan, le 24 décembre 1979. Mais la réalité gardée secrète est tout autre : c’est en effet le 3 juillet 1979 que le président Carter a signé la première directive sur l’assistance clandestine aux opposants du régime prosoviétique de Kaboul. Et ce jour-là j’ai écrit une note au président dans laquelle je lui expliquais qu’à mon avis cette aide allait entraîner une intervention militaire des Soviétiques.

Le NO : Malgré ce risque vous étiez partisan de cette « covert action » (opération clandestine). Mais peut-être même souhaitiez-vous cette entrée en guerre des Soviétiques et cherchiez-vous à la provoquer ?

Z.B : Ce n’est pas tout à-fait cela. Nous n’avons pas poussé les Russes à intervenir, mais nous avons sciemment augmenté la probabilité qu’ils le fassent. Read More

S’acheter un scientifique

By | Tapage 34 | No Comments
S’acheter un scientifique pour lui faire dire ce que l’on souhaite est aujourd’hui chose facile, comme en témoigne un article paru dans Le Monde qui raconte une expérience menée par Greenpeace…

« Nous avons voulu savoir si, en amont de la conférence de Paris sur le climat, certains chercheurs du monde académique accepteraient d’être rémunérés pour rédiger et signer des rapports susceptibles de servir les intérêts d’industriels des fossiles, explique Ben Stewart, directeur des médias à Greenpeace Royaume-Uni. Et ce, en acceptant de cacher leur financement  » … ils n’ont pas été déçus !

Tel William Happer, professeur émérite à l’université de Princeton (New Jersey), ancien haut responsable de la recherche au sein du ministère américain de l’énergie, qui accepte d’écrire un article sur les bénéfices du pétrole et du gaz, en précisant que ses honoraires se montent à 250  dollars l’heure… Au cours des échanges avec le faux commanditaire de Greenpeace, le scientifique révèle que le charbonnier américain Peabody a déjà payé pour l’une de ses auditions devant une instance réglementaire du Minnesota. Ce qui n’avait jamais été révélé jusqu’à présent.  Merci à lui pour sa franchise… Read More

Santé publique : l’eau produite par l’usine d’Annet- sur-Marne n’est pas toujours potable !

By | Tapage 34 | No Comments

Le 30 novembre 2015, suite à l’analyse d’un prélèvement effectué sur le réseau d’eau potable de la commune de Fresnes-sur-Marne le ministère de la santé a publié ce commentaire sur son site : « Cette eau qui renferme des germes tests de contamination ne peut-etre utilisée dans cet état pour la consommations humaine. Il est indispensable d’en rechercher immédiatement l’origine. Un recontrôle est en cours ». (voir la capture d’écran sur le site de l’Adenca,  adresse en fin d’article).

Il n’y aura pas de recontrôle publié ce jour là mais seulement deux jours après, quand tout sera redevenu normal… Dormez braves gens. Il n’y aura pas non plus d’informations communiquées en direction des 500 000 citoyens alimentés par l’eau potabilisée dans l’usine Véolia d’Annet-sur-Marne.

Ni les communes, ni Véolia n’ont entrepris de démarche pour mettre en garde les populations afin de leur interdire la consommation jusqu’à ce que la qualité de l’eau soit revenue dans la norme. Les communes concernées : Fresnes-sur-Marne,  Annet-sur-Marne, Claye-Souilly, Jablines, Mitry-Mory (zone industrielle). Read More