Category

Tapage 52

La très rentable privatisation des sociétés d’autoroutes

By | Tapage 52
Entièrement privatisées en 2006 pour des montants sous-évalués et au moment où elles devenaient rentables après de lourds investissements publics, les sociétés d’autoroutes bénéficient d’une scandaleuse rente de situation qui perdure quelque soient les gouvernements.

En 10 ans, les profits issus des péages ont augmenté de près de 20%. Les sociétés d’autoroute se portent pour le mieux et distribuent entre 2 et 4 milliards €/an de dividendes à leurs actionnaires, une rente qui va continuer de croitre.

Une vente en deux temps
L’État commence à céder ses parts dans les sept sociétés d’autoroutes dès 2001, sous le gouvernement de Lionel Jospin, mais c’est en 2002 que Bercy propose au Premier ministre Jean-Pierre Raffarin le projet de privatisation. Au cours d’un conseil restreint avec le ministre des transports de l’époque Gilles de Robien, il a été décidé qu’on ne privatiserait pas les autoroutes et que le revenu annuel financerait les travaux routiers indispensables. Mais en 2005, Bercy arrive à convaincre le nouveau premier ministre Dominique de Villepin de privatiser afin de « faire baisser la dette ». (pour lire la suite, développer l’article)

Read More

Tapage 52 est en kiosque (ici) !

By | Tapage 52

Les néolibéraux ont un sport favori : la chasse aux biens communs (p6). Ils le pratiquent dans le monde entier sur les ressources naturelles jusqu’à leur épuisement (p10 et 11) et, en France,  sur les services  issus d’investissements publics comme les autoroutes (p4 et 5) et les aéroports (p8 et 9). La raison est simple : augmenter leur profit (p7) au mépris de l’idée républicaine d’égalité. En Amérique latine – Argentine, Chili et maintenant Brésil – cette prédation a déjà montré ses effets pervers (p12 et 13). Obstiné dans ses erreurs parfois tragiques (p16) le gouvernement Macron  a, lui, une nouvelle proie avec la retraite par répartition  qu’il veut dépecer et livrer aux opérateurs privés (p14). Résistons par tous les moyens en gardant du temps pour lire (p19), voir des expositions originales (p15) et aller au cinéma (p18).

Vous voulez lire Tapage 52 ?

Abonnez- vous en ligne (10€ par an) pour télécharger le pdf de ce numéro d’hiver et accédez à l’intégralité de la collection des 50 numéros de Tapage.
Vous êtes abonné ? rendez-vous ici
Bonne lecture et à bientôt !